Rencontre avec Hugo Labrande

Rencontre avec Hugo Labrande

Auteur de L'Affaire Colossi, La Petite Main

Bonjour Hugo,

Vous êtes l’auteur pour Readiktion de L’Affaire Colossi, ainsi que d’une nouvelle intitulée La Petite Main, qui reprend l’un des personnages de votre roman interactif. Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bien sûr ! Je suis auteur de fictions interactives depuis une douzaine d’années ; j’ai écrit une quinzaine d’histoires, toutes disponibles sur mon site personnel. J’ai écrit des récits en français et en anglais, et j’ai aussi contribué au développement d’outils spécialisés pour écrire ces jeux. Dans le civil, je suis prof de maths ; je pratique aussi le théâtre d’impro parce que je ne m’arrête jamais de raconter des histoires !

Vous écriviez déjà des romans interactifs avant d’en écrire un pour Readiktion. Vous êtes même un expert dans le domaine. Auriez-vous un ou des conseil(s) à donner aux personnes qui voudraient en écrire ?

Déjà, je pense que la chose la plus importante, c’est d’en lire ! Le genre explose en ce moment, il y en a énormément ! En plus, il y a pas mal de visions des choses selon les auteurs ou éditeurs, en ce qui concerne la profondeur, le nombre de choix, les variables qui affectent les choix, etc. Plus vous en lisez et plus vous serez familiers avec ces différences, en plus de savoir quel style vous plaît !

Un autre conseil, qui concerne un peu plus les auteurs de fictions linéaires qui voudraient sauter le pas, est de s’entraîner à trouver des variations dans un récit. Prenez votre histoire, découpez-la en quelques évènements importants, placez-les sur une frise de temps ; puis posez-vous la question : “Et si cet événement n’avait pas marché comme ça ? Et si, au lieu de dire non poliment, Jeanne avait giflé Serge ?” Le jeu après est de justifier ce choix, de voir ce qui peut se passer ensuite, et de rendre cette nouvelle branche aussi intéressante que l’autre !

D’où vous vient cette passion pour le roman interactif ?

J’ai trouvé au hasard d’un site de jeux gratuits, l’incroyable Filaments, de JB. L’histoire, une sorte de thriller fantastique avec les trois Moires grecques, est très bien écrite ; mais c’est surtout l’atmosphère du jeu qui m’a enchanté. On est immergé dans la vie d’une adolescente parisienne, on peut se déplacer librement de rue en rue dans Paris, on peut même aller acheter un disque à la FNAC des Halles ! Après avoir joué à ce jeu, il m’en fallait d’autres : c’est comme ça que je suis tombé sur la communauté francophone, où je suis toujours.

Utilisez-vous toujours le même processus d’écriture ou changez-vous de façon de faire selon les histoires ?

Avec le temps, mes méthodes se sont coagulées, pour ainsi dire. J’essaie toujours d’avoir le thème, et quelques possibilités ou choix intéressants que je veux proposer au lecteur ; éventuellement, je dessine la structure du jeu si elle est un peu compliquée. Ensuite, j’essaie d’écrire un chemin, n’importe lequel, du début à la fin ; impossible d’écrire tous les choix au fur et à mesure, je me disperse trop sinon et je perds la cohérence narrative et thématique qui peut être associée à un chemin. Puis je reprends avec un autre chemin un peu voisin, tant que les choses sont fraîches ; et petit à petit, tout est écrit !

Vous êtes l’organisateur d’un concours d’écriture interactive lancé sur le site Fiction-interactive.fr. Vous en avez vous-même écrit. Qu’avez-vous pensé de la naissance d’une maison d’édition d’inédits consacrée aux romans interactifs et disponibles sur appli ?

C’est une excellente chose, bien entendu ! Je suis content de voir que la francophonie s’y met ; les anglophones ont beaucoup d’avance sur ce point, mais vu que ce sont des textes longs, on a peu de traductions, et ça n’est donc pas forcément venu polliniser le marché francophone. Les possibilités sont énormes et la France est un pays qui adore la littérature, alors j’espère sincèrement que la littérature interactive va devenir de plus en plus populaire !

Pensez-vous que le numérique soit une solution pour proposer de nouvelles formes narratives ?

On DOIT proposer des nouvelles formes narratives au XXIe siècle et j’adore voir la palette des façons de raconter une histoire s’agrandir. En tant qu’auteur, on a l’embarras du choix et c’est toujours intéressant de tester de nouveaux outils, de voir leur pouvoir et leurs contraintes, et les histoires que l’on peut raconter avec. Le numérique apporte des nouveautés incroyables, dans tous les domaines, et on commence à peine à effleurer les possibilités.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Partout ! Je trouve des idées de formats ou de concepts en m’intéressant à beaucoup de formes de narration. Pour les thématiques et les genres, c’est surtout la littérature moderne et l’actualité. Nous vivons dans une période importante, avec beaucoup de thèmes qui s’entrechoquent et beaucoup d’histoires intéressantes à raconter, même dans des domaines où l’on ne s’y attend pas.

Une question à laquelle vous auriez rêvé de répondre ?

Je n’en vois pas pour l’instant !

Avez-vous des projets à venir ? Un autre Readiktion peut-être ?

Mon prochain projet est sans doute l’écriture d’un jeu sur Android sur la thématique des hackers et de la sécurité informatique, un domaine que j’adore ; le défi sera d’en faire un jeu passionnant en vulgarisant des techniques réelles. Pour ce qui est d’un autre Readiktion, pourquoi pas, si Readiktion est intéressée ; l’expérience m’a bien plu ! Dans tous les cas, si les lecteurs veulent se tenir informés de mes projets, je les invite à s’abonner à ma newsletter !

Découvrir l'interview du roman

Découvrir ses Readiktions

L'Affaire Colossi
La Petite Main